• Commune Ntahangwa, Quartier Jabe, Avenue de l'Imprimerie
  • +257 22 23 29 36

Un dialogue entre un parent et son enfant est une conversation qui devrait toujours avoir une place importante dans une famille ou dans une communauté car l’enfant a toujours besoin d’être accompagné et éclairé tout au long de son enfance voire même l’adolescence qui est une période très critique pour ce dernier.

S’agissant d’un dialogue autour de la santé sexuelle reproductive des jeunes et des adolescents (SSRAJ), les parents tout comme les jeunes se heurtent à beaucoup de barrières socio-culturelles et religieuses qui font que la sexualité d’un enfant soit un sujet tabou dans une famille. Ce qui est évident les temps évoluent vite et ces jeunes se trouvent confronter à une réalité qui est différente de l’époque de leurs parents, ils sont à la recherche des informations relatives à leur sexualité, ils ont une soif et cherchent désespérément à savoir la cause des changements qu’ils observent au niveau de leur corps. Faut-il laisser ces enfants sans informations sur leur sexualité ?

Dans le but de palier à ces différentes barrières ci haut cités qui bloquent les jeunes à avoir accès à une bonne information sur leur santé sexuelle et reproductive en famille, l’ABUBEF à travers son projet WISH (Women Integrated Sexual Health) a organisé des dialogues entre les parents ont touché 360 personnes à travers ces dialogues dont les enfants et les éducateurs de 12 districts sanitaires qui travaillent avec le projet de 4 provinces qui sont Kirundo, Ngozi, Mairie de Bujumbura et Rumonge . Ces dialogues ont eu lieu au mois de Juin, Juillet et Août et avaient comme objectif de contribuer à l’amélioration de la santé sexuelle et reproductive des jeunes et des adolescents dans la communauté tout en impliquant toutes les parties prenantes.

La promotion de la santé sexuelle des adolescents et des jeunes est un rôle de tout en chacun entre autres les parents, les administratifs, les éducateurs, les religieux ainsi que les pairs ceci a été relevé par les jeunes qui ont participé à ces dialogues, ils ont identifié ces catégories comme étant les piliers dans l’épanouissement de la santé des jeunes car ces personnes car ces personnes ont été au moins une fois en contact avec ces jeunes au cours de leur vie.

Ces dialogues ont été très bénéfiques car les jeunes d’une part étaient contents que les parents soient présents pour qu’ils exposent le danger qui les guettent quand les parents ne veulent pas dialoguer avec eux sur leur santé sexuelle, les parents d’autre parts confrontés à certaines réalités qu’ils ignoraient sur l’importance d’un cadre de dialogue sur la vie relationnelle et affective en famille. Ils ont pu identifier ensemble les barrières qui les empêchent de parler de la sexualité en famille.

« Certains mots comme ibishegu qualifiant la sexualité comme sujet tabou parfois sont à l’origine de la non implication des parents dans ce type de dialogue » nous a confié l’un des parents présents lors de ces sessions.

Ensemble les parents ont proposé des solutions pour contourner ces différentes barrières bloquant l’accès à l’information sur la SSRAJ à leurs enfants, l’une des propositions qui ont été émises est de conscientiser les parents sur les dangers des nouvelles technologies de l’information et de la communication si une fois le dialogue n’est pas amorcé en famille, l’enfant sera obligé de ramasser ce qu’il trouve sur internet qu’il va prendre comme réalité absolue. L’éducation sexuelle des jeunes et des adolescents devrait avoir ses racines en famille pas sur les réseaux sociaux.

Signalons que les parents présents et les éducateurs se sont engagés de relayer les informations qu’ils ont eu et promouvoir un dialogue inclusif sur la SSRAJ en famille, dans la communauté et dans les écoles.

L’Association Burundaise pour le Bien Être familial ; ABUBEF en sigle ; s’est donnée comme mission de Promouvoir la santé sexuelle et reproductive ainsi que les droits y afférents, à travers le plaidoyer et l’offre de services de santé sexuelle et reproductive intégrés et de qualité pour tous, en synergie avec le Gouvernement, les partenaires au développement et les autres intervenants, en mettant un accent particulier sur les groupes mal desservis ». 

Dans le cadre de la célébration de la Journée Internationale de la Contraception célébrée le 26 Septembre de chaque année, ABUBEF se joint à la communauté nationale et internationale pour célébrer la journée internationale de la contraception.

Le thème international est : " Meilleure contraception c'est toujours celle que l'on choisit, et ce n'est pas qu'une affaire de filles et de femmes »

Le thème de l’ABUBEF est : « La planification familiale est une partie des droits de l’homme et engendre le développement durable »

L’ABUBEF a pour but essentiel de contribuer à la prévention et à la réduction du nombre de grossesses non désirées au Burundi. En effet, les grossesses non désirées ont des conséquences négatives non seulement sur le plan individuel et communautaire qui a des conséquences négatives et sur le développement socio-économique, l'emploi, la répartition des revenus, la pauvreté et les protections sociales en ce sens que beaucoup de familles ne sont pas capables à prendre en charge leurs enfants.

Il est devenu courant que les médias rapportent des cas des jeunes filles voire même des couples tuent leurs bébés à la naissance. Même si les medias qui rapportent ces faits ne renseignent pas sur les raisons, il est clair que de telles naissances sont issues des grossesses non planifiées et nos désirées.

La plupart des cas, une grossesse non désirée a un risque évident de conduire à un avortement dans des conditions qui ne sont pas toujours sécurisées, en particulier dans le contexte Burundais où l’accès à l’avortement sécurisé n’est pas autorisé par la loi dans le cas où la vie de la femme est en danger. Les grossesses non désirées continuent à une croissance démographique d’environ 12million d’habitant sur la superficie de 27834km².

Au courant du 1er semestre 2020, l’ABUBEF a enregistré 20962 dont 4020 sont des nouveaux adhérents personnes sous les méthodes contraceptives.

Les méthodes offertes par l’ABUBEF dans nos 7 centres sont : sterilets ou DIU, implats sous cutanés, pilules contraceptives, les injectables, la vasectomie (contraception chirurgicale volontaire chez les hommes et les préservatifs.

Nous travaillons avec les autres intervenants pour assurer un accès à une gamme large et complète des méthodes contraceptives.

Nous saluons les initiatives de nos clients qui ont compris d’avance l’importance de la contraception et nous encourageons les autres à adhérer à la contraception, car la planification familiale est une nécessité pour l'humanité afin de promouvoir le bien être individuel et le développement du pays.

Nous invitons toute personne en âge de procréation chez l’homme ou femme à penser à faire des choix judicieux relatifs au plan de développement de sa famille qui débute par planifier quand avoir des enfants. Chaque grossesse devrait être planifiée.

Nous ne manquerons pas de signaler que la célébration de la Journée Mondiale de la Contraception (JMC) s’inscrit dans le contexte de la pandémie de la COVID-19 qui a de graves répercussions sur les individus, les communautés et les économies du monde entier. Toutefois, tout le monde n’est pas touché de la même manière. Les femmes, qui représentent la grande majorité de la population, sont très exposées directement de par leur rôle de garde malade et de prestataire de soins mais encore plus par les effets indirects de la pandémie sur l’économie et la stabilité des familles.

Nous  voudrions rappeler les décideurs à s’assurer que cette pandémie ne sabote pas les efforts des gouvernements dans l’investissement dans la Planification Familiale parce que malgré l’épidémie, l’accès aux services essentiels de planification familiale reste assuré.

Nul ne peut ignorer que les burundais rencontrent des barrières religieuses, socio-culturelles ou des rumeurs sur la contraception. Nous voulons les briser en conscientisant tout le monde sur le bien de la planification familiale.

Nous voulons attirer l’attention du gouvernement et de ses partenaires sur la nécessité de renforcer la sensibilisation de la population sur l’utilisation des méthodes contraceptives. Toutes les femmes devraient avoir une grossesse désirée.

VIVE LA BONNE SANTE !

VIVE LA CONTRACEPTION POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE !

Rehaussée par la présence de son Excellence la Première Dame du Burundi, Angeline NDAYISHIMIYE, un forum de haut niveau des femmes leaders a été organisé sous le thème : « Contribution des femmes leaders à l’autonomisation économique, la santé de la reproduction et la lutte contre la COVID-19 au Burundi »

L’Organisation des Premières Dames d’Afrique pour le Développement (OPDAD) en collaboration avec l’ONUFEMMES et l’ABUBEF a organisé en date du 4 Septembre 2020 à l’Hôtel Club du Lac Tanganyika, un forum de haut niveau des femmes leaders pour discuter des stratégies et rôle des femmes leaders dans l’accélération des interventions sur l’autonomisation des femmes, la santé de la reproduction et le VIH dans le contexte de la COVID-19.

L’objectif global de ce forum était de contribuer au développement du pays par les femmes en bonne santé et autonomes, autour de 400 femmes leaders qui étaient présentes lors de ce forum de haut niveau qui s’est tenue en une journée.

Dans son allocution d’ouverture, la Première Dame a fait savoir que ce forum est organisé pour la première fois au Burundi, et a pour objectif d’analyser ensemble comment soutenir la femme en vue de son autonomisation pour un développement durable, la santé de la reproduction et dans la lutte contre la COVID-19 .Elle a poursuivi en interpellant les femmes de freiner la croissance démographique en prenant en compte des mesures de régulation des naissances.

Car ça les aidera à avoir le temps suffisant à consacrer aux travaux de développements et à l’épanouissement familial, ce qui a un impact positif sur leur santé et sur la vie socio-économique de leurs familles.

Différentes présentations ont été faites notamment sur la création des entreprises, l’autonomisation de la femme, la situation du VIH et de la Covid 19 ainsi que le paysage de la planification familiale au Burundi. Par après il y a eu des échanges, des réflexions et des questions sur ces différentes présentations.

Le forum était aussi agrémenté par les témoignages, où une des bénéficiaires de l’ABUBEF a partagé son expérience avec la planification familiale, ses bienfaits et l’épanouissement que ça lui a procuré tout au long de son utilisation. Un autre témoignage est d’une jeune fille séropositive qui a partagé son vécu depuis l’annonce de son statut, les défis qu’elle a rencontrés, elle a aussi prodigué des conseils aux femmes leaders d’instaurer un cadre de dialogue avec leurs enfants dès le bas âge pour susciter leur confiance.

A l’issue de ce forum, une déclaration a été rédigée dont les recommandations ont été formulées à l’endroit du Gouvernement du Burundi, aux femmes leaders, aux partenaires de développement ainsi qu’à l’OPDAD.

Signalons qu’il a été recommandé à l’OPDAD deux recommandations importantes d’organiser semestriellement le forum de haut niveau des femmes leaders sur différentes thématiques concourant à l’autonomisation et au développement intégral de la femme ainsi que de suivre la mise en œuvre des recommandations du forum.

Ce forum s’est révélé d’une grande importance de part les enseignements et les leçons apprises d’où la nécessité non seulement de tenir régulièrement ce forum, mais également d’étendre les thématiques abordées.

 

Lancé officiellement en date du 07/08/2020 dans la Commune de Ntahangwa par Son Excellence Madame la Première Dame du Burundi sous le thème « Ingeso mbi oya,kubwa kazoza kanje keza ! » ces ateliers de sensibilisation des jeunes scolarisés en vacances sur la sagesse, le leadership, la santé de la reproduction, la lutte contre le Sida et la Covid-19 ont été organisé par le Ministère de la Santé Publique en collaboration avec le Conseil National de lutte contre le sida.

Cet atelier a été aussi rehaussé par la présence de différents cadres de l’Etat, les organisations internationales ainsi que les organisations de la société civile. Dans son allocution, le Ministre de la Santé Publique et de lutte contre le Sida a fait savoir que les jeunes sont vulnérables par rapport au VIH.

Dans son discours d’ouverture, la Première Dame a rappelé les jeunes que leur place n’est pas à la maternité mais plutôt dans les écoles et les travaux de développement. Ils sont appelés à utiliser les nouvelles technologies pour s’entraider mutuellement. Avant de clore son discours, la première dame a exhorté la jeunesse à observer les mesures d'hygiène pour lutter contre la COVID19 en respectant les gestes barrières. Elle a aussi exhorté les jeunes à bannir le copinage et l’adultère qui sont à la base des grossesses non désirées, la transmission du VIH et d’autres maladies sexuellement transmissibles.

Pendant cet atelier, différentes personnes ont donné des témoignages parmi eux, un usager de drogues, un jeune vivant avec le VIH et un jeune qui a été victime d’une grossesse non désirée. Ces ateliers se sont déroulés dans les 3 Communes (Ntahangwa, Mukaza, Muha) de la Mairie de Bujumbura du 07 au 11 Août 2020 et en province de Ngozi en date du 20 Aout 2020 et ABUBEF était présente.

Conséquences d’une grossesse non désirée chez les jeunes

Kamarayika Raissa est une jeune fille de 22ans du Mouvement d’Action des jeunes (MAJ) de l’ABUBEF qui habite dans le quartier Mirango II dans la zone Kamenge. En 2016 alors qu’elle avait 18 ans et élève à Karusi dans une école à régime d’internat, elle est tombée enceinte et a été obligée d’arrêter ses études et retourner chez ses parents où elle a passé une année avant de regagner l’école.

Après son accouchement, elle a retourné à l’école mais elle était obligée de changer de section et de commencer une nouvelle section pour rester tout près de son enfant car l’école qu’elle fréquentait était technique et cette section n’était disponible que dans les écoles à régime d’internat. Son enfant a maintenant 4 ans et prise en charge par ses grands pères. Le père de l’enfant ne s’étant pas impliqué depuis sa grossesse, Raïssa a fini par rompre toute relation avec lui.

Elle nous confie que les conséquences de cette grossesse le font grandir car elle a arrêté l’école et a reculé d’une année pour changer de section ce qui l’a rendu triste. La communauté ne la voit plus comme avant, elle est pointue du doigt et prise comme une prostituée, elle est discriminée à l’école, ma famille est aussi humiliée ajoute-t-elle. La vie d’une mère n’est pas du tout facile, il m’arrive de n’est pas bien étudier si l’enfant est malade, poursuivra-elle.

Elle termine son témoignage en lançant un appel aux autres jeunes, de ne pas se laisser tenter par le copinage ou la pression des pairs car la mauvaise compagnie corrompt les bonnes mœurs mais aussi d’intégrer des associations comme ABUBEF qui l’a beaucoup aidé en ce qui concerne la santé sexuelle de la reproduction.

L’Association Burundaise pour le Bien-Etre Familial, ABUBEF en sigle a le grand plaisir de se joindre à la communauté nationale et internationale dans la célébration de la journée internationale de la jeunesse.

Le 17 décembre 1999, dans sa résolution A/RES/54/120, l'Assemblée générale des Nations Unies a approuvé la recommandation de la Conférence mondiale des ministres de la jeunesse (Lisbonne, du 8 au 12 août 1998) visant à faire du 12 août la Journée internationale de la jeunesse.

Cette Journée Internationale de la Jeunesse qui est commémorée chaque année le 12 août, attire l'attention de la communauté internationale sur les problèmes de la jeunesse et met en évidence le potentiel des jeunes en tant que partenaires dans la société mondiale d'aujourd'hui.

Le thème mondial de l’année 2020 est : «  L'engagement des jeunes pour une action mondiale »

Le thème national : « Jeunes, soyons actifs et unis, créons nos emplois pour contribuer au développement durables »

Ce thème nous montre combien de fois les jeunes ont une contribution incontournable dans la vie de tous les pays et à tous les niveaux pour le développement durable et nous savons déjà qu’on ne peut pas atteindre ce développement durable sans avoir une bonne santé.

L’Association Burundaise pour le Bien-Etre Familial, a comme mission « Promouvoir la santé sexuelle et reproductive ainsi que les droits y afférents, à travers le plaidoyer et l’offre des services de santé sexuelle et reproductive intégrés et de qualité pour tous, en synergie avec le Gouvernement, les partenaires au développement et les autres intervenants, en mettant un accent particulier sur les groupes mal desservis. »

Et sa vision est : « Une société burundaise où chacun, à tout âge, jouit librement, de manière inclusive et sans discrimination, d’une bonne santé sexuelle et reproductive »

Le thème de l’ABUBEF pour la journée internationale de la jeunesse de 2020 est : « Engagement des jeunes dans la promotion de la Santé Sexuelle et Reproductive des Adolescents et Jeunes responsable pour le développement durable»

Ce thème de l’ABUBEF prouve que l’engagement des jeunes va beaucoup contribuer dans la communauté, dans les organes décisionnels et dans l’éradication des défis qu’ils rencontrent en rapport avec la Santé Sexuelle et Reproductive des Adolescents et Jeunes (SSRAJ).

Depuis 2005, l’ABUBEF a mis en place le Mouvement d’Action des Jeunes, MAJ en sigle, qui regroupe les jeunes volontaires de l’ABUBEF. Ce mouvement soutient et adhère aux buts et principes de l’Association tels que stipulés dans ses statuts et autres documents fondamentaux. Grace à l’encadrement que nous gagnons de la part de l’ABUBEF, les jeunes du Mouvement d’Action des Jeunes ont un bagage remarquable en matière de la SSRAJ qui va leur permettre de jouir de leur sexualité de manière responsable. Nous menons des séances de sensibilisation à l’endroit des autres jeunes pour qu’ils aient aussi des connaissances sur la santé sexuelle et reproductive afin de passer leur trajet de la jeunesse avec une information sûre pour inciter au changement de comportements pour une action très bénéfique pour la société.

Je tiens à interpeller tous les jeunes pour servir de bons modèles partout où ils sont en ce qui est de la promotion de la santé sexuelle reproductive responsable chez les jeunes car c’est nous qui sommes appelés à prendre le devant afin de faire face aux défis qui handicapent les jeunes tels que les grossesses non désirées, les infections sexuellement transmissibles, les violences basées sur le genre, la drogue et autres.

Notre engagement pour une action mondiale enrichit les institutions et processus nationaux et internationaux car une jeunesse responsable est un espoir pour un meilleur avenir et une action remarquable pour le développement durable.

La valorisation de l'engagement des jeunes dans les organes décisionnels accroît l'équité des processus politiques en réduisant les déficits démocratiques, contribue à des politiques meilleures et plus durables.

Dans ces derniers temps où le monde traverse une crise de la pandémie de covid-19, nous devons prendre le leader dans le respect de la mise en œuvre des mesures de prévention de ladite pandémie, et notre action va sauver l’humanité. Combinons nos actions visant à autonomiser les jeunes en matière de la santé sexuelle et reproductive pour une sexualité responsable et la protection de nos pairs par la dissémination des mesures de prévention contre la covid-19.

Vive la jeunesse, Vive le développement durable !

Vive l’engagement des jeunes dans la promotion de la Santé Sexuelle et Reproductive des Adolescents et Jeunes responsable pour le développement durable !

 

                                                            Mlle DUKERE Jossy Délicia

                            Présidente Nationale du Mouvement d’Action des Jeune (MAJ) de l'ABUBEF

Créée en 1993, l’Association Burundaise pour le Bien Être Familial (ABUBEF) est une organisation sans but lucratif qui a comme mission de « promouvoir la santé sexuelle et reproductive ainsi que les droits y afférents, à travers le plaidoyer et l’offre de services intégrés et de qualité pour tous, en synergie avec le Gouvernement, les partenaires au développement et les autres intervenants, en mettant un accent particulier sur les groupes mal desservis ». Elle a acquis sa personnalité juridique le 21/10/1991 par ordonnance n°550/333 du Ministère de la justice. L'ABUBEF souscrit aux buts et politiques de la Fédération Internationale pour la Planification Familiale (IPPF) dont elle est membre à part entière depuis 2002.

L’ABUBEF intervient dans quatre domaines dont la défense des droits, l’autonomisation des Communautés, les services aux populations et l’union pour la performance. Elle mène ses interventions dans 9 provinces : Mairie de Bujumbura, Bujumbura, Rumonge, Kayanza, Ngozi, Gitega, Ruyigi, Muyinga et Kirundo mais l’ABUBEF ne possède des cliniques que dans 6 provinces tellesque la Mairie de Bujumbura, Rumonge, Gitega, Kirundo, Muyinga et Ngozi. Pour mener à bon port sa mission, l’ABUBEF a mis en place une maternité du Centre de Santé de la Reproduction et de Dépistage pour Jeunes de Jabe depuis 2013. Cette maternité est beaucoup sollicitée par les femmes de la capitale qui ont un niveau de vie moyen. Inaugurée au mois de Juillet 2013, la maternité de Jabe est la seule clinique de l’ABUBEF qui abrite les services de maternité parmi les 7 cliniques.

Les prestations de qualité

La maternité s’enregistre dans le but d’accompagner la politique du gouvernement sur la maternité gratuite et à moindre risque pour aussi palier aux décès maternels estimés à 300 pour 10 000 naissances vivantes. L’assistance du personnel qualifié pendant l’accouchement permet de poser un diagnostic rapide et d’intervenir de manière efficace et rapide en cas de complication de la grossesse. De plus, l’accouchement dans un établissement de santé concourt également à réduire le risque de décès de la mère et de l’enfant (EDSB-III, 2016-2017).

L’ABUBEF a pu collecter différentes réactions des femmes qui ont accouché dans cette maternité. Les bénéficiaires de cette maternité sont satisfaites de la qualité des services, de l’engagement, le dévouement et le suivi des sages-femmes mais elles déplorent le fait qu’il n’y ait pas un bloc opératoire pouvant les assister en cas de complication.

Depuis son inauguration en 2013, la maternité a déjà assisté 2040 accouchements et 168 références des cas compliqués jusqu’au mois d’Avril 2020, à côté de ces cas référés, il existe d’autres femmes reçues dans les services de CPN ayant été aussi référées pour diverses raisons liées à leur antécédent.

Cette maternité dispose d’une ambulance médicale équipée pour les références des cas ne pouvant être traitées au niveau de cette maternité. Les femmes voulant accoucher sont reçues au niveau de la Clinique 24/24h.

La particularité de cette maternité à part la qualité des services délivrés, la maternité de l’ABUBEF à travers l’appui de ses différents partenaires assiste en besoin de maternité les femmes démunies ayant accouchées en son sein.

La clinique de Jabe a mis en place un système d’interaction avec ses bénéficiaires pour pouvoir évaluer ses interventions et améliorer en cas de besoin la qualité des services offerts en son sein à travers les boites à suggestions. Parmi les messages recueillis les bénéficiaires sont d’une manière globale satisfaite par les services délivrés à l’ABUBEF, les clientes ayant accouché à la maternité recommandent de mettre en place un bloc opératoire pour éviter les références en cas d’éventuelles complications. La Responsable de la Clinique de Jabe fait savoir que les témoignages des différentes clients/clientes de cette clinique est un message vivant sur leur satisfaction sur la qualité des services délivrés par les prestataires de l’ABUBEF

Malgré que le Burundi a commencé à mettre en œuvre une politique de santé de la reproduction depuis plus de 20 ans, des efforts doivent encore être faits pour atteindre des résultats satisfaisants dans différentes thématiques.

L’ABUBEF a toujours jugé et juge important d’engager des partenariats avec d’autres acteurs pour constituer une plateforme en faveur du plaidoyer et d’un financement plus accru aux différentes composantes de la Santé Reproductive Matérno-Néonato Infantile et de l’Adolescent.

En tant que point focal FP2020 pour la société civile, l’ABUBEF s’est alors engagée à poursuivre et finaliser le processus de mise en place de la plateforme des OSC intervenant dans le SRMNIA initié en 2014. Pour ce, différentes réunions consultatives ont été tenues avec 13 OSC intervenant en SRMNIA et ont abouti à la mise en place d’un comité d’initiative de la plateforme constituée par 9 partenaires. Les textes réglementaires de la plateforme sont en place. Actuellement, ils peuvent être proposés à l’assemblée Générale pour approbation et l’adoption.

Il est nécessaire que la plateforme se dote d’une stratégie commune et un plan commun de plaidoyer, véritable outil pour bien mener sa mission à terme. Son élaboration a nécessité la consultance d’un expert en élaboration des plans de plaidoyer des plateformes, des Organisations non gouvernementales voire des réseaux des ONGs et l’ABUBEF en a recruté un pour fournir ce service.

La finalité consiste à avoir une plateforme des OSC fonctionnelle dotée de textes réglementaires et un Cette plateforme veut se doter d’une stratégie et d’un plan commun de plaidoyer pour réaliser sa mission avec efficience.

La Plateforme a pour mission de « Contribuer à l’amélioration de l’accès des populations à la SRMNIA par la coordination des initiatives des OSC membres, le renforcement de leurs capacités, le plaidoyer, la mobilisation des ressources et leur représentation dans les instances de prise de décision au niveau national, régional et international ».

La Plateforme défend les valeurs suivantes : La Synergie, la Redevabilité, la Détermination ; le Respect mutuel

La Plateforme est constituée des organisations suivantes[1] : ABUBEF, NTURENGAHO, RBP+, RNJ+, IADH, GIRIYUJA, United for Children Burundi BWUNO MUNSI, APROSAP-Burundi et ARFH-Burundi. Cette plateforme reste aujourd’hui ouverte. C’est un cadre conventionnel de concertation et de plaidoyer en matière de santé reproductive maternelle néonatale infantile et des adolescents (SRMNIA).Il sied de faire remarquer que nous enregistrons beaucoup de grossesses non désirées chez les adolescents et les jeunes (milieu scolaire et milieu communautaire). Ceci conduit à beaucoup d’avortements clandestins et rehausse le taux de mortalité maternelle et augmente le nombre de filles qui abandonnent leurs études suite aux grossesses non désires et ceci a un impact sur le développement. Il est donc important d’accroitre l’accès aux services de SSR pour que les jeunes aient l’information et les services adéquats et d’intégrer les services aux jeunes dans les 120 centres de santé publics.

Le gouvernement est invité à instaurer   une ligne budgétaire visible pour les produits de SRMNIA dans le budget du ministère de la santé. Car, si rien n’est fait, il y aura un impact négatif sur le développement,

Par ailleurs, il est urgent que le Gouvernement du Burundi augmente les services de prise en charge des avortements dans les hôpitaux. En effet, les avortements clandestins augmentent le taux de mortalité et de morbidité. Plusieurs femmes meurent suite à l’indisponibilité des services d’avortements complets. Il est important d’offrir les services compréhensifs d’avortement, car l’avortement clandestin a beaucoup de conséquences sociales.

Les objectifs de la Plateforme sont de :

  • Créer un cadre approprié pour faciliter la collaboration et la complémentarité entre les associations membres ;
  • Renforcer les capacités organisationnelles et opérationnelles des associations membres en vue d’atteindre leurs objectifs de promotion de la SRMNIA ;
  • Faire le plaidoyer auprès du gouvernement et des partenaires techniques pour la promotion de la SRMNIA,
  • Mobiliser les ressources nécessaires pour réaliser les missions et les objectifs de la plateforme ;

La Plateforme peut créer des alliances et nouer des relations avec d’autres réseaux et plateformes engagés ayant un objet similaire intervenant au Burundi ou ailleurs.

                          

 

 

 

L’Association Burundaise pour le Bien-Etre Familial « ABUBEF » est une Association Sans But Lucratif. Elle a acquis sa personnalité juridique le 21/10/1991 par ordonnance N° 550/333 du Ministre de la justice. Elle souscrit aux buts et politiques de la Fédération Internationale Pour la Planification Familiale (IPPF) dont elle est membre à part entière depuis 2002.

L’ABUBEF est presente dans 9 provinces : Bujumbura Mairie, Bujumbura, Rumonge, Gitega, Kayanza,Muyinga, Kirundo, Ngozi,et celui des membres volontaires de Ruyigi.

Mission de l’ABUBEF : Promouvoir la santé sexuelle et reproductive ainsi que les droits y afférents, à travers le plaidoyer et l’offre des services de santé sexuelle et reproductive intégrés et de qualité pour tous, en synergie avec le Gouvernement, les partenaires au développement et les autres intervenants, en mettant un accent particulier sur les groupes mal desservis. 

Vision de l’ABUBEF : Une société burundaise où chacun, à tout âge, jouit librement, de manière inclusive et sans discrimination, d’une bonne santé sexuelle et reproductive.

Valeurs de l’ABUBEF : Inclusion sociale, le volontariat, la redevabilité et l’intégrité

Objectif : Contribuer à l’amélioration du bien-être de la population Burundaise à travers la pleine jouissance des droits et l’accès équitable aux services de santé sexuelle et reproductive de tout un chacun, et plus particulièrement les jeunes et les groupes mal desservis.

Domaines d’intervention : Défense des droits, autonomisation des Communautés, services aux populations, union pour la performance

Les services disponibles :

  1. Consultation prénatale,
  2. Maternité,
  3. Consultation post natale,
  4. Vaccination des nourrissons ,
  5. Vaccination des femmes en age de procréer et les filles de 15-49 ans,
  6. Planification familiale,
  7. Contraception d’urgence,
  8. Conseil et dépistage volontaire du VIH ,
  9. Prise en charge des personnes vivant avec le VIH,
  10. Prevention de la transmission du VIH de la mere a l‘enfant,
  11. Dépistage et traitement des infections sexuellement
  12. Conseils et prise en charge de l‘infecondité,
  13. Soins post avortement ,
  14. Prise en charge des survivants des violences sexuelles,
  15. Dépistage et traitement du cancer du col de l‘utérus,
  16. Consultations médicales ,
  17. Conseils et services aux jeunes,
  18. Laboratoire d‘analyses médicales ,
  19. Echographie
  20. Pharmacie

Contacts :

Provinces

Téléphones

Bujumbura Mairie

Siège

222329 ou 76713955

Jabe

22276434

Buyenzi

22243399

Rumonge

22504377

Gitega

79368845

Kirundo

79163906

Muyinga

79368858

Ngozi

22302105

Adresse-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Twitter : @ABUBEF

En date du 12 Mai 2020, les Bibliothèques Sans Frontières (BSF) a animé une formation sur la prise en main de l'ideascube (IDC) qui est une bibliothèque numérique, dans les enceintes du centre jeunes de l'ABUBEF Jabe auprès de 8 personnes de l'ABUBEF (staff et volontaires), dans le cadre du projet URWARUKARUZI financé par le Pays-Bas et exécuté par les Bibliothèques sans frontières.

Au cours de cette formation qui a duré 3 jours, les participants ont découvert le kit ideascube (IDC) et ont appris comment manipuler chaque outil et comment explorer les contenus sur la Santé Sexuelle et Reproductive qui sont sur l'interface de l'ideascube à l'aide des tablettes tactiles. Ils ont appris comment lier les contenus se trouvant dans le serveur ideascube, le kit ideascube, la population cible et le contexte dans lequel on exécute une activité d'animation, ce qu'ils ont appelé « médiation culturelle ».

Ils ont pu voir également comment élaborer les fiches d'activités avec comme support un ou plusieurs contenus se trouvant sur le serveur IDC.

La responsable de la clinique qui a représenté les participants a vivement remercié BSF pour la formation si intéressante que utile ainsi que pour le don du kit qu'elle a jugé très nécessaire pour l'accomplissement des activités des jeunes au quotidien.

La Directrice Exécutive de l'ABUBE, s'est engagée à  veiller à ce que le kit ideascube fasse ce dont à quoi il est destiné, et qu'il soit géré comme il se doit.

À la fin de la formation, des certificats de participation ont été décernés à tous les 8 participants qui avaient suivi la formation.

Les cérémonies de remise des certificats ont vu la participation de la Directrice Exécutive de l'ABUBEF, Dr Donavine UWIMANA, le Réfèrent technique des BSF et la Responsable de la Clinique de l'ABUBEF de Jabe.

L’Association Burundaise pour le Bien-Etre a organisé sa 27ème Assemblée Générale des membres volontaires de l’ABUBEF sous le thème « La planification familiale nous concerne tous, Travaillons pour sa promotion afin d’atteindre le développement durable » en date du 30 Mai 2020, à Helena Hôtel de Gitega.

Dans son mot d’introduction, la Directrice Exécutive de l’ABUBEF, Dr Donavine UWIMANA a fait savoir que les réalisations de l’exercice 2019 sont les résultats des efforts du staff et des volontaires de l’ABUBEF pour leurs efforts conjugués en synergie. Pour ce, elle a remercié le staff et les volontaires pour leur dévouement.

Dans son allocution, la Présidente Nationale de l’ABUBEF, Dr Sabine NTAKARUTIMANA, a indiqué que cette Assemblée Générale des Membres (AGM) est l’occasion de présenter les réalisations de l’exercice 2019 mais aussi de partager quelques réflexions pour faire avancer l’ABUBEF. Elle a continué en disant que l’ABUBEF a reçu son 3ème certificat d’accréditation lors du Conseil Régional de l’IPPF Région Afrique en juillet 2019 à Nairobi au Kenya. Elle a signalé que ce certificat est une preuve que l’ABUBEF est en conformité avec les normes de bonne gouvernance et de bonne gestion ainsi que l’offre des services de bonne qualité surtout que l’ABUBEF est toujours leader national en ce qui concerne la santé de la reproduction. Elle a invité tous les volontaires et le staff de doubler leurs efforts pour maintenir ces normes ou les dépasser pour les prochaines années jusqu’à la prochaine revue. La Présidente Nationale de l’ABUBEF a relancé un appel vibrant à tous les membres volontaires de s’imprégner des valeurs, devoirs et responsabilités des volontaires et travailler pour promouvoir la bonne image de l’Association à tous les niveaux.

Dans son discours d’ouverture, l’Assistante du Ministre de la Santé Publique et de la Lutte contre le Sida (MSPLS), Dr Joselyne NSANZERUGEZE a souligné que son ministère félicite la contribution de l’ABUBEF dans le service de promotion du bien-être des populations à travers ses réalisations. Dr Joselyne NSANZERUGEZE a fait savoir que son ministère salue le leadership de l’ABUBEF en matière de santé de la reproduction à travers la promotion d’une approche centrée sur les droits et la qualité, les innovations et les initiatives diverses.

Signalons que la représentation des membres volontaires qui avaient répondu à cette Assemblée étaient au nombre de 24 tous venus de 8 provinces : Bujumbura Mairie, Kayanza, Ngozi, Kirundo, Muyinga, Ruyigi, Gitega et Rumonge.

Page 1 sur 5
Today63
Yesterday98
This week352
This month2219
Total71086

Who Is Online

1
Online

22/10/20

Nos partenaires

Services disponibles

CONSULTATION PRENATALE,

MATERNITE,

CONSULTATION POST NATALE,

VACCINATION DES NOURRISSONS ,

VACCINATION DES FEMMES EN AGE DE PROCREER ET LES FILLES DE 15 ANS ET PLUS,

PLANIFICATION FAMILIALE,

CONTRACEPTION D’URGENCE,

CONSEIL ET DEPISTAGE VOLONTAIRE DU VIH ,

PRISE EN CHARGE DES PERSONNES VIVANT AVEC LE VIH,

PREVENTION DE LA TRANSMISSION DU VIH DE LA MERE A L‘ENFANT,

DEPISTAGE ET TRAITEMENT DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES.

CONSEILS ET PRISE EN CHARGE DE L‘INFECONDITE,

SOINS POST AVORTEMENT ,

PRISE EN CHARGE DES SURVIVANTS DES VIOLENCES SEXUELLESLES ,

DEPISTAGE ET TRAITEMENT DU CANCER DU COL DE L‘UTERUS,

CONSULTATIONS MEDICALES ,

CONSEILS ET SERVICES AUX JEUNES,

LABORATOIRE D‘ ANALYSES MEDICALES ,

ECHOGRAPHIE

L’Association Burundaise pour le Bien être Familial (ABUBEF) est une Association Sans But Lucratif, dont la mission est d’appuyer les efforts du gouvernement dans la promotion de la santé sexuelle et de la reproduction. Elle a acquis sa personnalité juridique le 21/10/1991 par ordonnance n°550/333 du Ministère de la justice. L'ABUBEF souscrit aux buts et politiques de la Fédération Internationale pour la Planification Familiale (IPPF) dont elle est membre à part entière depuis 2002. 

abubef

Please publish modules in offcanvas position.